Vers un Mai 68 à l’envers

Vers un Mai 68 à l’envers ?

sois.jeune2

Il est de bon ton depuis quelques mois, ou quelques années, de critiquer en bloc Mai 68 dans certains milieux dits de « droite », garants des valeurs traditionnelles. Et si la jeunesse actuelle, demandant plus d’autorité, plus de hiérarchie, en clair l’inverse des requêtes de l’époque, et si cette jeunesse donc, devenaient elle-aussi les idiots utiles du capitalisme au profit d’une nouvelle alliance ?

68 : la Mort du Père

Portée par une jeunesse en demande de liberté, combat ô combien légitime pour ce qu’on appelle « les jeunes », une non-catégorie de fait prisonnière de sa fougue sans les moyens économiques de jouissance consumériste et sexuelle, ces « jeunes » donc, vont s’en prendre à leurs protecteurs. Comment parvenir à ses fins ? Tuer le père. En réalité tuer les pères.

Le père de famille d’abord. Dernier rempart temporel contre la marchandisation du tout-vivant, le père de famille devait sauter. « Il est interdit d’interdire » dénonçait le rôle intrinsèque du père : devenir l’Autre, sortir l’enfant du tout-un d’avec sa mère, sortir du Je-Nous fusionnel pour comprendre les multiples Eux. Et enfin arriver au Nous social. Les moyens, certes limités, du père sont les barrières érigées pour permettre à l’enfant de les dépasser, de s’y cogner, de s’y faire mal parfois, mais pour au final s’y construire une personnalité et une intelligence. Pour devenir adulte.

Image17

En détruisant les interdits, les murs fondés par le père, l’idéologie « Mai soixante-huitarde » assassinait le seul et unique rôle positif possible par l’homme. Meurtre du père, premier round.

Le deuxième round était évidemment, en parallèle avec son père familial, de s’attaquer à l’excroissance du chef de clan : le père de la nation. Et quel père..

Qu’on sache aujourd’hui, notamment grâce au bon travail de Adrien Abauzit, que le Général de Gaulle n’était pas ce héros de guerre tant raconté et tant revendiqué par les politiques de tous les partis, de Marine Le Pen à Chevènement n’empêche pas la grandeur du personnage. Son charisme, son rôle joué après la guerre, son retour en 58, sa lutte anti-impérialiste et la création de la Vème République, véritable Monarchie Républicaine font de lui un modèle. Si Zemmour fantasme sur une sorte de système parfait permettant le retour du Roi dans un système républicain, certains sauront que Monarchie et République ne font pas bon ménage, que ce sont des concepts aux antipodes l’un de l’autre. Le vers était dans le fruit et il ne restera que l’image. « Marche pied nécessaire à l’américanisation de la France » selon Clouscard, il fallait tout de même le détruire, l’humilier. « La chienlit c’est lui! », « Fasciste! » « Dictateur! », crieront en cœur les manifestants et intellectuels faussaires de l’époque. Le père de la nation partira, démissionnera.

DE GAULLE-BIO-MORT-JOURNAL

Mort du père temporelle, mort du père symbolique (pas spirituel), la Croix, même bancale, était brisée. Le champ était libre à l’alliance de bâse nécessaire au capitalisme moderne.

Alliance Libéral-libertaire

C’est ici qu’arrivent les discours sur les éternels « idiots utiles du système » comme s’il s’agissait toujours des autres. En voulant se libérer, le jeune libertaire de l’époque s’est fait récupéré par l’oligarque libéral pour s’enfermer lui-même dans une prison bien pire que l’autorité et la hiérarchie du père, celle de l’autorité du Capital et du tout-marchand. D’un capitalisme concurrentiel libéral, nous arriverons au capitalisme virtuel d’aujourd’hui. Un monde qui nous domine, sans réellement exister. Dès lors, contre qui se révolter ?

img.php

GPA, PMA, mariage gay, usines à bébés, mais aussi pesticides, « malbouffe », salariat généralisé, déculturation, immigration massive, tout était là au sortir de la guerre, comme suspendu. Mai 68 servira de ciment des projets, sans être évidemment la cause de tout. Je vous renvoie à vos Clouscard, Michéa, dernièrement Charles Robin, ce travail est connu et de grande qualité.

Le constat nous le connaissons tous. Nous le répétons tous. Et si cela nous arrivait à nous aussi ?

68 à l’envers : nouvelle demande, nouvelle alliance

Lors des dernières élections européennes, les commentateurs politiques habituels s’étonnaient : « quel est le premier partie de France chez les jeunes ? Le Front National », avant de tenter de se sortir de l’enclave : « Non c’est l’abstention ! Et le vote Front National n’est qu’un vote de peur, nos jeunes ne croient plus en leur propre avenir. Il faut donc plus d’Europe ! »

La jeunesse actuelle est en réalité en manque d’autorité et de France et elle le dit. La société française tout entière le dit. Dans les entreprises, dans les familles, dans les bistrots, partout la plainte en sourdine s’élève et s’élève encore. Le livre de Zemmour a été bénéfique dans la prise de parole et son succès libraire montre un véritable plébiscite aux thèses du polémiste. Il met des « mots sur nos maux. »

Malgré les fantasmes, le constat proposé dans « le Suicide Français » est tout à fait juste. C’est le même que l’on peut entendre dans une partie du FN : américanisation de la France après la guerre, fin progressive des leviers régaliens de l’État au profit d’une entité non-élue (UE) dont notre monnaie, notre budget, nos frontières, nos assiettes, notre éducation, notre culture, notre religion.

Voici donc la nouvelle alliance : Front National, Zemmour, Finkielkraut. Retour du père, retour des frontières et de la monnaie, nostalgie de la France et de son identité réduite à un soit-disant « judéo-christianisme » (quel oxymore, alors qu’actuellement tout n’est que « judéo-laïc »), et l’anti-Islam (pour le faire lui aussi rentrer dans le « laïcisme républicain »). Le triptyque parle fort, parle juste et vrai souvent, comme avant les émeutes de Mai 68. Avant d’être récupéré. Nous sommes dans un monde de novlangue étrange dans lequel la vérité peut mener au pire.

Le-Peril-Jaune-96KB

Face à ce chemin de guerre civile il nous faut réfléchir à une autre voie. Certains parlent de réconciliation. Mais laquelle et avec qui ?

Réconciliation ?

Comment gérer cette situation explosive qui verra la guerre du tous contre tous, sous couvert de français de souche contre immigrés. Comment refuser le duel pour en sortir par le haut.

Je vous passe le discours sur se connaitre soit-même, avant de se réconcilier avec les autres il faut faire le travail individuel et historique pour savoir qui l’on est, quelles sont nos racines, quel est notre rôle. Et bien sûr être en accord avec ses paroles. C’est évident, primordial, et s’il faut encore le dire c’est que nous sommes plus bas que prévu.

« Le siècle prochain sera religieux ou ne sera pas »

C’est vrai. Et les médias nous en donne à revendre. Islam = Terroriste. Zemmour nous parle sans cesse de l’Islam de Médine et de l’Islam de la Mecque. Une partie d’amour et une partie de violence. Qu’à cela ne tienne, prenons seulement la partie qui nous intéresse. Ce que Domenach ne répond jamais à Zemmour lorsqu’il répète cela à longueur d’émission, car il ne peut pas le dire, c’est que la Bible aussi comporte une partie violente. Lisez l’Ancien Testament et vous y découvrirez des propos de haine, des appels au meurtre envers les non-élus. Qu’à cela ne tienne, prenons seulement la partie de la Bible qui nous intéresse, les Évangiles.

Elle commence par là la réconciliation, le Nouveau Testament et l’Islam le plus ancien. Le reste, des deux côtés, nous n’en voulons pas. Tout cela évidemment en exigeant la reconnaissance de notre culture et notre civilisation millénaire qui a fait la France : le Christianisme. Le seul projet intéressant est donc la reconstruction de la France sur cette base. Et toutes les volontés sincères seront les bienvenues.

Subtilité compliquée, certes, mais nécessaire si l’on souhaite éviter le régime suivant à la démocratie représentative que sera la tyrannie. Et les gens de bonne volonté ne seront que les idiots utiles du pire : du Mai 68 à l’envers que l’on nous fabrique.

Laissez un commentaire

 
www.sylvaindurain.fr